Que sont les stèles ? Explications par Yves Alphé

Un exemple de stèle funéraire par Yves Alphé

Plaques plates commémoratives que l’on place sur les tombes à la verticale, les stèles sont des monuments funéraires et une façon de rendre hommage à une personne décédée, indique Yves Alphé. Une stèle peut en effet comprendre des inscriptions comme des souvenirs, des citations…propres à la personne disparue. La stèle marque alors l’emplacement de la sépulture et peut même aider à avancer dans le processus de deuil. Elle est de préférence placée avant les obsèques puisqu’elle fait partie intégrante du monument funéraire. Lire la Suite

Disperser les cendres d’un défunt en mer : quelle réglementation ?

dispersion-cendres-emer-par-yves-alphe

Suite à la crémation d’une personne disparue, certains proches font le choix de placer l’urne dans un columbarium, lieu spécifiquement prévu à cet effet, ou de disperser les cendres dans un jardin du souvenir.

Yves Alphé vous a précédemment parlé des droits et interdictions en matière de dispersion des cendres. En revanche, qu’en est-il de la dispersion en mer ? Ce lieu favorisé par de nombreuses familles pour la dispersion des cendres est soumis à une réglementation qu’Yves Alphé vous présente maintenant.

Les modes de dispersion

Trois grands modes de dispersion des cendres en mer existent, indique Yves Alphé, professionnel du monde funéraire. On peut ainsi répandre les cendres à la surface de l’eau. Un double avantage : l’urne n’a pas besoin d’être biodégradable et tous les proches peuvent assister à cet ultime hommage depuis la côte.

Il est également possible d’immerger l’urne dans l’eau de mer, celle-ci suivra le cours des flots. En revanche, pour cette option, l’urne devra être biodégradable pour ne pas créer de déchets. Dans les faits, rappelle Yves Alphé, l’urne peut être en pâte à sel, carton, sable, bois ou argile.

Enfin, certains proches décident de disperser les centres en mer en profondeur (15 mètres) au travers d’une grotte ou cavité par exemple. Ainsi, nul besoin de plonger dans les eaux profondes pour la dispersion suite à la crémation. Le lieu étant fixe, les proches pourront venir se recueillir sur le lieu de dispersion s’ils le souhaitent, indique Yves Alphé.

Les fleurs peuvent accompagner la cérémonie, précise Yves ALphé
Les fleurs peuvent accompagner la cérémonie, précise Yves ALphé

Afin d’accompagner la cérémonie, quel que soit le moyen choisi, une musique, un lancer de fleurs ou la lecture d’un discours ou poème peut accompagner le rituel.

La réglementation : indications par Yves Alphé

C’est la réglementation maritime qui se charge de légiférer sur la dispersion des cendres d’un défunt en mer. Plus précisément, indique Yves Alphé, la loi du 2 Janvier 1986 et l’article L 2213-23 du Code des Collectivité Territoriales sont les textes qui règlementent cette activité funéraire.

L'urne doit être biodégradable si plongée dans l'eau
L’urne doit être biodégradable si plongée dans l’eau

Tout d’abord, la dispersion doit se faire au minimum à 300 mètres des côtes. Ensuite, si les proches optent pour l’immersion de l’urne dans l’eau, alors cela devra se faire à 6 kilomètres du littoral. Cette décision est obligatoire pour ne pas que l’urne ne soit prise dans les filets des chalutiers ou ne soit ramenée à la côté par les courants.
Par ailleurs, c’est en mer et non sur la page ou la rive, que les cendres devront être dispersées.

Enfin, d’un point de vue plus aquatique, le cendres peuvent être dispersées en mer mais pas dans certains courts d’eau tels que les rivières, fleuves et torrents car ils sont associés à la voie publique, lieu où la dispersion des cendres du défunt n’est pas autorisée, rappelle Yves Alphé.

Les démarches nécessaires

Avant de procéder à la dispersion en mer, plusieurs démarches sont nécessaires. Il faut tout d’abord indiquer à la mairie de la commune du défunt date et lieu de la dispersion.

La commune où se situe le port d’attache du bateau (parfois la même que la mairie, précise Yves Alphé) devra également être la même. Certaines entreprises spécialistes du voyage en mer proposent des prestations funéraires de dispersion de cendres en mer.

 

Conjoint et héritage : le point par Yves Alphé

testament-yves-alphé

De quoi héritera le conjoint si rien n’est prévu

L'héritage dépend s'il y a des enfants ou non
L’héritage dépend s’il y a des enfants ou non

Un décès peut survenir de manière brutale si bien qu’aucun testament, contrat de mariage, donation ou indication officielle n’ait été donné quant à l’héritage du conjoint. Yves Alphé vous propose de comprendre l’héritage dans une situation difficile émotionnellement et administrativement parlant. Lire la Suite

Après la crémation: quelle réglementation ? Réponse par Yves Alphé

urne-funéraire-yves-alphé

Depuis plusieurs années, il est interdit de conserver chez soi les cendres d’un proche disparu : en effet, depuis 2008, la loi stipule que les cendres funéraires doivent être soit dispersées soit que l’urne soit placée dans un endroit approprié, informe Yves Alphé, fondateur et gérant de Caritas Obsèques.

La crémation de plus en plus sollicitée par les français

Chaque jour, ce sont près de 450 personnes qui sont incinérées. Une tendance à la hausse et pourtant, la règlementation en vigueur concernant le devenir des cendres reste méconnu du grand public, certainement à cause du tabou qu’est la mort, indique Yves Alphé.

la crémation en est hausse indique yves alphé
la crémation en est hausse indique yves alphé

Suite à une crémation, les proches du défunt disposent d’un délai imposé. Toutefois, celui-ci laisse le temps à la réflexion quant au devenir des cendres puisqu’il est d’un an. A l’issue de ce délai, si aucune décision n’a été prise, c’est la commune qui intervient en dispersant les cendres dans le Jardin du Souvenir dont Yves Alphé va vous parler un peu plus tard. En attendant, l’urne contenant les cendres du défunt est conservée au crématorium ou dans un lieu de culte choisi par la famille. Lire la Suite

Yves Alphé vous explique l’habilitation dans le funéraire

habilitation-funéraire-yves-alphe
La societe Caritas Obseques d Yves Alphé
La societe Caritas Obseques d Yves Alphé

Petit rappel par Yves Alphé pour commencer : une habilitation est l’autorisation d’accorder à une personne morale ou physique un pouvoir ou une fonction. Dans le domaine du funéraire (secteur d’activité d’Yves Alphé fondateur de Caritas Obsèques), il s’agit donc de l’autorisation à exercer l’activité professionnelle réglementée dans le monde des pompes funèbres. Grâce à cette habilitation vous pouvez être conseiller funéraire, thanatopracteur, porteur…ou même fonder votre propre société de pompes funèbres comme l’a fait Yves Alphé avec Caritas Obsèques à Orléans. Lire la Suite

Peut-on faire un testament par SMS ?

Les volontés par texto sont-elles reconnues ? Réponse par Yves Alphé

 

Le cas de la famille de Metz

Avant de mettre fin à ses jours suite à son divorce, un père de famille a laissé, en guise de dernière volonté, un SMS à ses proches dont sa sœur. Sur ce message est inscrit « je veux que mon patrimoine revienne à ma mère ». La famille souhaitant respecter les dernières volontés du défunt, elle souhaite appliquer celles-ci en argumentant qu’il s’agit d’un testament olographe écrit et signé par le légataire.

Validité et évolutions

Le sms par testament est-il valable?
Le sms par testament est-il valable?

Cependant, ce que l’on appelle « quotité disponible » est une partie du patrimoine qui peut revenir à la mère, si précisé dans le testament. Le reste doit revenir aux autres légataires, par défaut les enfants. De plus, l’ex-femme n’accepte pas le testament par SMS. Et, en effet, le testament envoyé par SMS n’est pas considéré comme valide. Face à ce cas, l’avocat de la famille déclare qu’il faut une évolution pour trancher le débat, au vu de la progression de la technologie dans nos sociétés, précise Yves Alphé.
Il insiste ainsi sur le fait qu’il est nécessaire de faire passer le débat en ce que l’on appelle « question prioritaire de constitutionnalité« .

En effet, dans certains cas de décès imminent, le SMS peut être le seul moyen de témoigner soi-même des biens à léguer. Il serait donc judicieux de permettre un « testament par texto » s’il est envoyé à un proche de confiance, préconise Yves Alphé. Toutefois, se pose toujours la légitimité de l’envoi (pas de signature écrite, donc est-ce vraiment le mourant qui a écrit le message ?) ce qui relance le débat du testament par ce moyen électronique. Sachez également que le testament par vidéo n’est pas non plus valable dans la mesure où il requiert une signature du légataire. C’est l’article 960 et les suivants qui précisent que tout testament audiovisuel est considéré comme nul car doit être consigné par écrit.

Technologie et testament, rappels par Yves Alphé

Toutefois, sachez que technologie et succession ne sont pas incompatibles : il existe en effet le fichier central de dispositions de dernières volontés, accessibles par Internet. Ce fichier ne contient pas le testament. Cependant, il indique qu’un notaire spécifique est dépositaire du testament d’un légataire en particulier, précise Yves Alphé. Ce dossier permet de garantir l’exécution des testaments et a été mis au point il y a environ dix ans.