Contrairement à ce que l’on peut penser, le porteur funéraire ne se contente pas de déplacer le cercueil au cours de la cérémonie. D’autres responsabilités et missions lui incombent. Yves Alphé vous propose de découvrir lesquelles.

Le moment de la prise en charge

C’est dès la sortie du défunt de la chambre mortuaire qu’intervient le chauffeur-porteur, indique Yves Alphé. Il va en effet effectuer deux fonctions précises strictement encadrées par le Code Général des Collectivités Territoriales: transporter le corps jusqu’à sa mise en bière et organiser les obsèques.

Yves Alphé rappelle les exigences pour être chauffeur-porteur

Outre la force physique (le port du cercueil avec 3 autres associés), le chauffeur-porteur funéraire doit disposer d’un très bon niveau de savoir-faire ainsi que des responsabilités importantes. Certaines entreprises de pompes funèbres peuvent par ailleurs exiger certaines vaccinations et/ou des extraits de casiers judiciaires.
Par ailleurs, disponibilité et réactivité font partie des maîtres-mots de cette profession. En effet, les interventions peuvent survenir le soir, le week-end, les jours fériés…la mort étant imprévisible.

Le permis B, un indispensable pour le chauffeur-porteur
Le permis B, un indispensable pour le chauffeur-porteur

Bien évidemment, le permis B est obligatoire puisque le chauffeur-porteur va être amené à conduire le corbillard.

Savoir travailler en collaboration est essentiel dans la mesure où le chauffeur-porteur est accompagné de collègues lors du transport du cercueil, tout en respectant la dignité du défunt et des proches endeuillés. La sobriété est donc de mise, précise Yves Alphé, qu’il s’agisse de la tenue vestimentaire ou du comportement envers les autres collaborateurs ou les proches en deuil.

Enfin, en termes de compétences, complète Yves Alphé, le chauffeur-porteur doit connaître les différents types de cérémonies et les croyances en termes de deuil.

La formation préalable

Un CAP ou un BEP constituent un avantage pour le métier, mais ne sont pas indispensables. En revanche, indique Yves Alphé, un stage de formation d’une durée de 16 heures (compter 500 euros) doit être suivi. Au cours de celui-ci, le chauffeur-porteur recevra divers enseignements comme les réglementations funéraires, les méthodes administratives, la technique de portage des corps et du cercueil, les impératifs d’hygiène et de sécurité (notamment pour la toilette mortuaire) ainsi que l’ouverture et la fermeture du caveau ou encore les méthodes de fossoyage, ou, moins technique, la psychologie du deuil.

Les différentes missions du chauffeur-porteur

Le chauffeur-porteur a de multiples responsabilités, indique Yves Alphé
Le chauffeur-porteur a de multiples responsabilités, indique Yves Alphé

Le transport du corps s’effectue depuis la chambre funéraire jusqu’au corbillard puis de ce dernier vers le lieu de recueillement (ex : église) puis enfin vers le cimetière ou crématorium. Cependant, cela n’est pas la seule responsabilité du chauffeur-porteur, précise Yves Alphé. Celui-ci gère aussi la mise en bière par exemple en terminant la préparation et l’habillage avant de placer le défunt dans le cercueil dont il assurera la fermeture.

Il joue également un rôle d’assistant auprès du maître de cérémonie, préalablement à celle-ci. En effet, le chauffeur-porteur est également en charge de préparer la salle où le corps sera présenté aux proches. Les installations doivent donc être fonctionnelles, les meubles (pupitre, chaises, accessoires) doivent être disposés correctement et les décorations comme la couronne mortuaire ou les gerbes de fleurs doivent être convenablement disposées autour du cercueil. Suite à cela, le chauffeur-porteur accueillera et orientera les proches venus voir le corps, précise Yves Alphé.

Au moment de l’inhumation ou de l’incinération, c’est au chauffeur-porteur de transporter le cercueil en le portant indique Yves Alphé, puis, après l’avoir mis dans le corbillard, de conduire ce dernier jusqu’au cimetière ou au crématorium. Il assure également, dans le cas d’un enterrement, le geste final et symbolique de la descente du cercueil dans le caveau puis procède à la fermeture de la tombe.

Par ailleurs, le chauffeur-porteur peut être amené à pratiquer des missions d’exhumation. Il doit alors superviser la gestion et l’entretien du matériel, illustre Yves Alphé, ainsi que remplir des démarches administratives.