Depuis plusieurs années, il est interdit de conserver chez soi les cendres d’un proche disparu : en effet, depuis 2008, la loi stipule que les cendres funéraires doivent être soit dispersées soit que l’urne soit placée dans un endroit approprié, informe Yves Alphé, fondateur et gérant de Caritas Obsèques.

La crémation de plus en plus sollicitée par les français

Chaque jour, ce sont près de 450 personnes qui sont incinérées. Une tendance à la hausse et pourtant, la règlementation en vigueur concernant le devenir des cendres reste méconnu du grand public, certainement à cause du tabou qu’est la mort, indique Yves Alphé.

la crémation en est hausse indique yves alphé
la crémation en est hausse indique yves alphé

Suite à une crémation, les proches du défunt disposent d’un délai imposé. Toutefois, celui-ci laisse le temps à la réflexion quant au devenir des cendres puisqu’il est d’un an. A l’issue de ce délai, si aucune décision n’a été prise, c’est la commune qui intervient en dispersant les cendres dans le Jardin du Souvenir dont Yves Alphé va vous parler un peu plus tard. En attendant, l’urne contenant les cendres du défunt est conservée au crématorium ou dans un lieu de culte choisi par la famille.

En revanche, durant ce délai, plusieurs options sont possibles pour le devenir des cendres, ce que va vous expliquer Yves Alphé maintenant.

Répandre les cendres, indications par Yves Alphé

La dispersion des cendres est soumise à une réglementation bien précise également. En effet, il est interdit de disperser les cendres du défunt sur la voie publique (ex: jardin public) ni des espaces privés (dans son propre jardin par exemple).

dispersion des cendres en mer
dispersion des cendres en mer

En revanche, il est autorisé de le faire dans des endroits naturels comme la mer, la montagne ou la forêt. Ce sont d’ailleurs des endroits particulièrement prisés par les familles endeuillées qui veulent rendre un dernier hommage à leur proche disparu.

Par ailleurs, les cimetières de nombreuses communes disposent d’un Jardin du Souvenir destiné à accueillir les cendres des défunts. Il représente une alternative à la dispersion des cendres en pleine nature et est particulièrement adaptée aux proches aux revenus modestes car l’usage d’un Jardin du Souvenir est gratuit, précise Yves Alphé.

Placer l’urne dans un endroit dédié

le columbarium du père-lachaise à paris
le columbarium du père-lachaise à paris

Il est possible de placer l’urne des cendres dans ce que l’on appelle un columbarium. Il s’agit d’un espace dédié aux urnes funéraires, explique Yves Alphé, constitué de niches pour le dépôt des urnes. Chaque niche comprend une plaque funéraire d’identification permettant à la famille de se recueillir : les columbariums sont des endroits calmes propices au recueillement essentiel lors du processus de deuil. Un espace de fleurissement individuel est également prévu afin de rendre hommage au défunt, en particulier lors de la Toussaint, illustre Yves Alphé.

Si l’on ne souhaite pas placer l’une dans un columbarium, il est possible de la déposer sur un monument funéraire au cimetière à place.

Face à la tendance à la hausse de la crémation en France comme l’a évoqué Yves Alphé en début d’article, toute commune de plus de 2000 habitants est tenue de disposer d’un columbarium et un Jardin du Souvenir dans leurs cimetières.