Catholicisme et funérailles par Yves Alphé

La cérémonie catholique, la plus répandue en France

Yves Alphé, fondateur et gérant de la société de pompes funèbres Caritas Obsèques à Orléans nous parle aujourd’hui des cérémonies funéraires religieuses qui se tiennent à l’Église. En effet, comme évoqué dans sa biographie, Yves Alphé est « un homme guidé par sa foi » et qui chemine sur un parcours « spirituel catholique ». Sa société de pompes funèbres propose donc de nombreuses cérémonies funéraires d’inspiration chrétienne (ou d’autres religions selon les besoins de la famille).

Rite religieux le plus répandu dans l’Hexagone lors d’un enterrement, les funérailles catholiques privilégient encore largement l’inhumation à la crémation.

Pour une famille catholique, une cérémonie religieuse aide à préparer au travail de deuil. En effet, même si certaines familles sont distantes de leur foi religieuse, notre culture catholique implique dans beaucoup de cas des obsèques à l’Église, indique Yves Alphé. Toutefois, une cérémonie funéraire catholique peut aussi représenter le respect de la volonté du défunt exprimés en fin de vie et  jadis très croyant voire pratiquant.

Le rôle du prêtre

Au sein de l’Église, c’est le prêtre qui reste le meneur de la cérémonie des funérailles. C’est par exemple lui qui est contacté par la famille pour organiser une cérémonie la plus personnalisée possible (choix des fleurs, de la musique, du récital…).

Des passages de la Bible peuvent être lus
Des passages de la Bible peuvent être lus

Plusieurs passages de la Bible peuvent être lus par le prêtre lors des obsèques catholiques. Le temps de prière est généralement réparti en 3 étapes : la première prière, le psaume et l’évangile. Les prières universelles comme le Notre Père ou Je vous salue Marie sont également courantes lors d’une cérémonie catholique, rappelle Yves Alphé.

En outre, les prières sont également très souvent accompagnées de chants (religieux ou non) préalablement choisis par la famille voire la personne en fin de vie avant son décès si celle-ci a exprimé ses dernières volontés par écrit, auprès de ses proches ou les deux.

Toutefois, le rôle du maître de cérémonies n’est pas à oublier pour autant : ce dernier va intervenir pour faire entrer et installer la famille dans l’Église pour les funérailles, mettre en place les obsèques ou encore assurer la bonne cohésion de l’équipe chargée du bon déroulement de la cérémonie funéraire (d’où son appellation de maître de cérémonies).

Le rôle du maître de cérémonies indiqué par Yves Alphé

Une fois la cérémonie funéraire catholique terminée à l’Église, les proches ainsi que les porteurs et conducteurs avec le cercueil se dirigent au cimetière où l’inhumation est prévue. Le prêtre vient dans certains cas, mais cela reste marginal. C’est là que le maître de cérémonies intervient. Si une nouvelle prière est prononcée, elle le sera avant l’inhumation. Une minute de silence est généralement effectuée, avant de procéder à l’inhumation du cercueil. Si l’une de ces étapes est bâclée ou mal préparée, il sera d’autant plus difficile pour la famille d’effectuer le deuil car elle considèrera le dernier adieu comme médiocre voire négligé. On comprend alors que le rôle du maître de cérémonies lors des obsèques est crucial au bon déroulement des obsèques afin de respecter la dignité du défunt et de ses proches endeuillés.

Enfin, le maître de cérémonies est bien entendu tenu à une bonne présentation (comportement, tenue vestimentaire), coordonne les différentes actions des équipes professionnelles du funéraire, est souvent en déplacement y compris weekends et jours fériés où il est soumis à des astreintes. Ces contraintes représentent le fruit du caractère imprévisible du monde du funéraire dans lequel exerce Yves Alphé, un décès pouvant survenir à tout moment.